Le retour sur Terre dans la capsule Soyouz - Homo Medicalus

by Idris Amrouche


Posted on 19 Nov 2014 at 13:07 1926


Le retour sur Terre dans la capsule Soyouz

Loin d'être confortable, Soyouz n'est le lieu idéal pour claustrophobe.

Lorsqu’une distance de 20 mètres sépare la capsule de l’ISS, les systèmes de propulsions sont déclenchés et le contrôle au sol prend en charge la descente de l’appareil. 

A 140 km d'altitude, la capsule se sépare en trois parties. Seul le module central contenant les cosmonautes résiste à l'entrée dans l'atmosphère grâce à son bouclier thermique. Les deux autres modules y sont désintégrés. "Comme si quelqu'un frappait avec un marteau"

A 10,5 km d’altitude, la vitesse du Soyouz passe de 28.000 à 800 kilomètres par heure et l’extracteur de parachute est déployé. A l’intérieur du module les astronautes sont ballottés tels des montagnes russes. Selon l'astronaute italien Paolo Nespoli, l’entrée dans l’atmosphère est assez impressionnante. "C'est comme s’il y avait quelqu'un à l'extérieur du vaisseau avec un marteau qui frappait ici et là, de haut en bas. 

Au bout de quelques millisecondes, le vaisseau spatial se met à trembler. On entend un BANG ' ! BANG! BANG! BANG! BANG ! C'est vraiment intéressant, en fait", a t-il raconté. 

Le parachute principal se déploie à 8 kilomètres au-dessus du sol et soutient la capsule dans les airs assurant la descente à une vitesse proche des 20 kilomètres heure. Arrivé à 5,5 km d’altitude, le bouclier thermique est éjecté tout comme l’excédent de combustible et d’oxygène afin de réduire des risques d’explosion à l’atterrissage. 

Enfin, à 70 centimètres du sol, les six fusées situées en dessous de la capsule se déclenchent afin de réduire la vitesse de descente et minimiser le choc. Une fois au sol, des équipes se chargent de détacher le parachute principal, pour éviter que la capsule soit emportée, et délivrent les astronautes. 

Après plusieurs mois dans l'ISS, les cosmonautes russes (astronaute : terme utilisé par la NASA) passent 3,5 heures dans la capsule Soyouz pour de leur retour sur Terre. Très souvent, après avoir passé de longues périodes dans l'espace, on est habitué aux endroits clos, et cela demande plusieurs jours pour réapprendre à marcher et retrouver la perception de la profondeur.

Articles similaires

Tags

espace cosmonaute astronaute soyouz

Réactions

Social Networks

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter

Qui sommes-nous ?

« Au même titre que l’Homo Sapiens, et les nouveaux termes Homo Numericus ou Homo Economicus, Homo Medicalus révèle un des aspects de l’évolution humaine. Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’avait été autant étudié, compris et assisté médicalement. Homo Medicalus, révèle notre nouvelle nature. Notre corps intrinsèquement naturel, subit aujourd’hui l’évolution de la compréhension de notre physiologie, et de la société, permettant une nouvelle évolution de nos comportements, qui, tout comme l’évolution, est irréversible».


Idris Amrouche