La science de la sueur et du cérumen - Homo Medicalus

by Idris Amrouche


Posted on 27 Apr 2015 at 21:02 7711


La science de la sueur et du cérumen

Voici un sujet particulièrement intéressant et pour le moins légèrement dégoûtant, mais la science ne recule devant rien quand il s'agit de comprendre les phénomènes naturels.

Les adeptes du métro parisien savent de quoi l'on parle quand il agit de sueur, les auréoles ne semblent pas être le monopole des anges.

Comment ne pas remarquer cette odeur qui vous titille les cellules olfactives du nez, lorsque vous vous retrouvez nez à nez avec ce passager qui vous colle dans le métro bondé de la capitale ?

En réalité, la longue chaîne d'acides gras qui composent la sueur est trop large pour pouvoir irriter l'épithélium olfactif du nez, mais alors d’où nous provient cette odeur ? Et de quoi s'agit-il ?

Une bactérie appelée Corynebacterium est responsable de l'odeur sur votre peau. Mais bien que Corynebactérium soit abondant sur votre peau, elle ne pousse pas très bien sur les textiles.

Mais il y a ce staphylocoque, une autre bactérie qui vit dans le bonheur à la fois sur la peau et sur les textiles. Mais cette petite bactérie est habituellement très peu odorante, elle est plutôt du genre à fabriquer une matière qui va recouvrir notre peau mais qui ne sera pas pour autant odorante.

Alors voici une de troisième bactérie appelée Micrococcie et elle excelle en matière de mauvaises odeurs. Elle a la capacité de casser cette longue chaîne d'acides gras, mais aussi de détruire les hormones et les amino-acides qui sont naturellement présents dans notre sueur. En faisant cela, et pour le plus grand plaisir de ceux qui nous entourent, elle crée de petites et volatiles substances chimiques qui sont responsables de cette odeur typique de vestiaire.

Micrococcie pousse particulièrement bien sûr le polyester (on ne sait pas encore vraiment pourquoi). Elle ne pousse pas vraiment bien sur le coton (là aussi, on ne sait pas vraiment pourquoi). Quelle est dont la solution contre cette odeur ?

Comme vous l'avez sans doute compris, la première réponse est de mettre du coton.

La deuxième est d’éviter de mettre du polyester. Ou, si vous aimez vraiment cette matière, utiliser du déodorant… Et non les déodorants ne sont pas responsables de cancer. Mai en revanche, les déodorants peuvent paradoxalement encourager notre ami Corynobacterium à pousser, cette fois la bactérie sera, à plus ou moins long terme, reponsable d'une odeur forte peu agréable.

Un chercheur, le Dr Chris Callewaert de l’université de Ghent en Belgique, explore une solution totalement différente, et qui pourrait être révolutionnaire. Avec les plus grandes et les meilleures intentions du monde, il veut « transplanter » les bactéries provenant de personnes qui n’émettent pas d'odeur à ceux qui en souffre, en espérant empêcher la pousse de Micrococcie. Sans doute un prix nobel en vue. 

Maintenant voici un lien plutôt étrange entre la sueur et la couleur de votre cérumen.

Certaines personnes (comme les Européens ou les Africains) transpirent une quantité « raisonnable » de sueur, et ont plutôt tendance à avoir de la cire d'oreilles humide. Tandis que d'autres (comme les Coréens et les Chinois) ne transpirent pas beaucoup, et ont plutôt une cire sèche.

Le cérumen est fabriqué à l'intérieur du canal auriculaire, à partir de cellules mortes, mais aussi de sécrétions provenant de deux types de glande : les glandes sébacées et les glandes sudoripares. Ces glandes sont surtout présentes dans le tiers externe de votre oreille. Si on analysait votre cire d'oreilles, on n'y trouverait des triglycérides, des acides gras, du cholestérol, et quelques autres composés gras, des minéraux et des morceaux de peaux mortes. L’utilité de cette cire d’oreille est à la fois de nettoyer et de protéger le canal auriculaire.

Mais les médecins O.R.L. savent depuis fort longtemps qu'il y a deux types de cérumen :  sèche et humide.

La cire humide est collante, et de couleur marron doré, elle peut parfois être plus sombre. La cire d’oreille sèche apparaît marron et parfois verte.

L'aspect génétique derrière cette cire d'oreilles humide ou sèche a été découvert en 2006. La cire d’oreille sèche est très courante (80–95 %) parmi les Asiatiques de l’est, mais beaucoup moins (30 à 50 %) en Asie du Sud-Est, dans les îles Pacifique, en Asie centrale et mineurs, et chez les Indiens d'Amérique et Inuits en revanche, ce type de cire est très rare parmi les Européens et les Africains (1 à 3 %).

Le type de cire que vous avez (humide ou sec) est du à une seule, et rien qu'une seule variation dans votre ADN qui a une location très précise sur le chromosome numéro 16. Cette variation dans l'ADN s'avère avoir des effets sur le foie, le pancréas, les reins, le placenta, le tissu mammaire, l'intestin, et, les glandes de votre canal auriculaire, et comme vous l’avez deviné, cette variation a aussi des effets sur les glandes sudoripares sur votre peau, et cela inclut bien sur vos vaisselles.

La génétique nous apprend alors que les êtres humains avec une cire d'oreilles plus humide vont transpirer plus. Voici le pouvoir de la science.

Aujourd'hui, le marché mondial de déodorant et anti-transpirants vaut plusieurs milliards d'euros, mais, ce qui est intéressant, c’est que le marché annuel aux États-Unis est de 2,2 milliards de dollars alors quand Grande-Bretagne, il vaut presque 1 milliard pour une population 10 fois moins importante. Une étude révèle que sur 18 000 personnes vivant en Grande-Bretagne, environ 93 % des femmes et 83 % des hommes utilisent un déodorant chaque jour.

Quand est-il de cette minorité microscopique (environ 2 %) des Britanniques qui utilisent ces déodorants alors qu’ils ont une cire d'oreilles sèche ? ne transpire-t-il pas des aisselles ? Ils n’ont probablement pas besoin de déodorant. Selon une étude de 2013, environ trois quarts d'entre eux utilisent un déodorant chaque jour. Cela montre le pouvoir du conditionnement social et aussi du marketing  pour nous fait ressentir des besoins là où il ne devrait pas y en avoir.

Donc la prochaine fois que vous serez dans le rayon des déodorants, grattez vous l'oreille et vous saurez ainsi si vous avez vraiment besoin du dernier Axe.

Articles similaires

Tags

ADN sueur cérumen cire d'oreille ORL déodorant coréens asiatiques européens

Réactions

Erica 28 Apr 2015 On sait bien que les industrielles ne reculent devant rien pour nous vendre leur produit pourri, je ne suis pas sur en revanche que les déo n'aient pas de liens avec les cancers.
Très bon article en revanche.

Social Networks

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter

Qui sommes-nous ?

« Au même titre que l’Homo Sapiens, et les nouveaux termes Homo Numericus ou Homo Economicus, Homo Medicalus révèle un des aspects de l’évolution humaine. Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’avait été autant étudié, compris et assisté médicalement. Homo Medicalus, révèle notre nouvelle nature. Notre corps intrinsèquement naturel, subit aujourd’hui l’évolution de la compréhension de notre physiologie, et de la société, permettant une nouvelle évolution de nos comportements, qui, tout comme l’évolution, est irréversible».


Idris Amrouche