La part du Colibri - Homo Medicalus

by Le Kiné


Posted on 01 Sep 2016 at 08:27 1549


La part du Colibri

Crédit Photo : M Pictures

 

Monsieur Colibri.

J’ai une patiente qui s’appelle Madame Chiffre. J’aime bien aller la voir. Pour trois raisons.

 

La première, c’est Monsieur Colibri, le concierge de Madame Chiffre. Lorsque j’arrive devant l’immeuble, je le trouve souvent dans le hall en train d’astiquer avec ses gants en latex rose. Lorsqu’il m’aperçoit, il arrête immédiatement son activité pour m’ouvrir la porte avec tellement de douceur que j’ai l’impression qu’il a peur de la casser. Puis il me regarde droit dans les yeux et me demande avec un fort accent italien si ça va.

« Ça va ? »

Ses yeux rieurs ne me lâchent pas tant que je n’ai pas répondu. Monsieur Colibri, il sourit plus avec ses yeux qu’avec sa bouche.

Au fil du temps, nos échanges se sont fait plus longs. Nous parlons de la météo, de la santé, du foot. Arrêtés, dans le hall, l’un face à l’autre. Nous prenons le temps. Puis j’y vais, et là, invariablement, il me dit, avec son accent italien :

« Allez, Ciao ! Et soyez sage. »

 

La seconde raison, c’est le hall de l’immeuble de Madame Chiffre. La propreté est irréprochable. Il y flotte en permanence une odeur agréable, florale. Du lilas. Monsieur Colibri, en plus d’être un chic type, fait son boulot à la perfection.

 

La dernière raison qui me rend la visite de Madame Chiffre agréable, c’est Madame Chiffre elle-même. Madame Chiffre était comptable : les chiffres ont rempli sa vie et la remplissent encore. Elle a quatre-vingt-onze ans, elle est toujours tirée à quatre épingles, elle a deux hanches toutes raides et un kiné qui vient la voir deux fois par semaine à seize heures pendant vingt minutes, avec qui elle fait sept exercices différents, vingt-cinq répétitions pour chacun, puis trois tours de la table du salon en marchant tout doucement. Madame Chiffre habite au numéro treize de sa rue, au cinquième étage. Dans son immeuble, il y a dix marches entre chaque palier, un ascenseur, et un concierge.

Enfin, c’est ce que je croyais.

 

L’autre jour, je suis avec elle. Je viens de croiser Monsieur Colibri, en bas. On a parlé de la météo, de la santé, du foot.

« Purée ce qu’il est sympa votre concierge Madame Chiffre.

—Monsieur Colibri ?

—Oui.

—Ce n’est pas mon concierge.

Elle a du mal comprendre. Je tâche de mieux articuler.

—Euh… Je parle de l’homme qui fait le ménage dans votre hall d’immeuble. Votre concierge quoi. Monsieur Colibri.

 

Madame Chiffre laisse échapper un petit rictus malicieux.

—Je vois très bien de qui vous voulez parler. Monsieur Colibri fait le ménage dans l’immeuble c’est vrai, mais il le fait gratuitement. Pour faire plaisir aux gens de l’immeuble. C’est un habitant de l’immeuble, il n’est pas concierge.

Je suis scié.

—C’est vrai ?

—Demandez-lui ! On l’adore tous dans l’immeuble. Heureusement qu’il est là ! »

 

La séance se passe. Nous venons de finir le troisième tour de la table du salon. Je suis ailleurs. Je salue Madame Chiffre et prends les escaliers. Ça sent bon. Une odeur florale. Du lilas.

Il y a Monsieur Colibri en bas, avec ses gants en latex rose, en train de laver les vitres de l’entrée. Il me voit arriver et arrête son activité.

« Ça y’est, vous avez fini avec Madame Chiffre ?

—Oui. Elle a bien travaillé.

—Haa. C’est bien. Et bien à la prochaine alors !

Il ne parle pas Monsieur Colibri. Avec son accent italien, on a l’impression qu’il chante.

—Oui, à la prochaine ! »

Il s’écarte pour me laisser passer. Je sors de l’immeuble. Puis je me retourne.

« Au fait, je voulais vous dire, c’est vraiment super propre dans cet immeuble. Vous faites du bon boulot.

—De quoi voulez-vous parler ?

Je lui montre le hall pimpant.

—De tout ça. C’est chouette.

Monsieur Colibri me sourit. Avec ses yeux.

—Ho ça... C’est pas grand-chose... Allez ciao !

Ce « ciao », ce n’est pas qu’un mot : il y a un sourire dedans. Monsieur Colibri sait sourire avec plein de choses.

—Ciao Monsieur Colibri !

—Et soyez sage ! »

 

Pour finir, la parabole du Colibri :

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie dans la forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes d'eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d'un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit :

« Colibri ! Es-tu fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ! 

Je le sais, répondit le colibri, mais je fais ma part. » 

 

Articles similaires

Tags

Kiné patient

Réactions

Social Networks

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter

Qui sommes-nous ?

« Au même titre que l’Homo Sapiens, et les nouveaux termes Homo Numericus ou Homo Economicus, Homo Medicalus révèle un des aspects de l’évolution humaine. Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’avait été autant étudié, compris et assisté médicalement. Homo Medicalus, révèle notre nouvelle nature. Notre corps intrinsèquement naturel, subit aujourd’hui l’évolution de la compréhension de notre physiologie, et de la société, permettant une nouvelle évolution de nos comportements, qui, tout comme l’évolution, est irréversible».


Idris Amrouche